Dimanche, 20 octobre 2019

Messages hebdomadaires
MESSAGE HEBDOMADAIRE DE MARIE, ROSE DE LA PAIX, TRANSMIS DANS LE MONASTÈRE DE LA CONFRATERNITÉ DU SEIGNEUR, GUATAVITA, CUNDINAMARCA, COLOMBIE, AU VOYANT FRÈRE ELÍAS DEL SAGRADO CORAZÓN DE JESÚS, À L'OCCASION DU 10ème FESTIVAL DES JEUNES POUR LA PAIX.

Mes bien-aimés,

Aujourd'hui Mes pieds foulent les hautes montagnes des Andes. Mais au-delà des distances, Je suis proche de vous, Mes chers jeunes de la Paix.

Aujourd'hui, l'Univers reconnaît les véritables efforts pour avoir construit, par amour et par service, cette nouvelle édition du Festival de la Jeunesse pour la Paix.

C'est ainsi que Dieu utilise les impulsions qui naissent de l'intérieur des jeunes âmes pour pouvoir matérialiser Son Œuvre d'Amour et de Miséricorde.

Maintenant et plus que jamais, l'Uruguay avait un besoin urgent d'une édition du Festival de la Jeunesse pour la Paix, car les jeunes cœurs qui se rencontrent ici s'engagent à établir la Présence de Dieu dans la conscience de ce pays. Non pas un Dieu institutionnalisé, mais plutôt un Dieu qui vit avec toute Sa Puissance et Son Royaume en chaque être.

Le Festival de la Jeunesse pour la Paix est arrivé à Montevideo, qui est au cœur de décisions erronées, pour donner une chance à la conscience des Uruguayens qui, malgré leur rêve artificiel et l'illusion inculquée, devront un jour reconnaître qu'ils se sont complètement éloignés de l'unique vérité et que le pays, dirigé par quelques idéalistes (idéologues, irréalistes ? ...idéalistes c'est plutôt positif non ?) , marche vers le caractère de non rachetable (se dirige vers l'irréparable ??).

C'est pourquoi, en tant que Mère de l'Uruguay et Dame des Trente-Trois, Je reviens encore une fois auprès du peuple uruguayen pour qu'il écoute la voix de Sa Servante fidèle, de la Mère d'une église uruguayenne corrompue par le pouvoir et l'indifférence à tout ce que le peuple pratique et vit librement, s'éloignant des principes de dignité et de fraternité humaine.

Le Festival de la Jeunesse pour la Paix est arrivé à Montevideo pour résonner intérieurement à travers la voix des jeunes, qui sont ceux qui devront vivre et assumer, dans un avenir proche, ce que quelques-uns décident de la vie d'une nation comme l'Uruguay, qui a été appelée à être le berceau du Retour du Christ.

Mais l'Uruguay, en tant que société, renie l'Église de Mon Fils, parce que le peuple uruguayen qui avait autrefois une dévotion chaleureuse, a professé plus tard une froide dévotion envers Dieu, a perdu confiance en ceux qui dirigent l'institution de Pierre.

Il y a ici beaucoup de responsables de l'appauvrissement de la foi des Uruguayens totalement détachée de la Vérité. En outre, cette foi est tournée vers des substances et des plantes qui favorisent une liberté spirituelle fictive.

Comprenez-vous, fils, l'importance de la jeunesse qui promeut pacifiquement le changement ?

Au XXIe siècle, l'Uruguay croit fermement qu'à travers les pratiques qu'il a imposées, il a atteint une forme d'évolution.

Tout ce que le pays vit aujourd'hui comme liberté, accordée par les lois des hommes, est le résultat d'une précarité dans l'essence du sens et du discernement.

L'Uruguay, à travers le Festival, a la grâce de percevoir qu'il s'est non seulement éloigné de la réalité, mais aussi de l'amour, parce que le véritable amour ne leur permettra jamais de perdre le sens de ce qui est sain et bon.

Uruguay, Uruguay ! Réveille-toi du rêve dans lequel tu es entré.

Uruguay, n'oublie pas que ton engagement est scellé par la Lumière de la Nouvelle Aurore (Aurora ??).

Uruguay, réagis et fais quelque chose pour ton peuple et ta terre avant qu'il ne soit trop tard.

Uruguay, Je suis ta Mère et Je viens t'aider.

Je remercie les jeunes pour tous les efforts déployés.

Celle qui vous bénit,

Votre Mère Marie, Rose de la Paix